Nicolas Bacchus, invité de Guyom Touseul aux Cariatides

Publié le par laure dasinieres

Comme tous les premiers lundis du mois, Guyom Touseul avait ce soir Carte Blanche aux Cariatides.

Ça veut dire qu'il invite qui il veut, ce qui, comme on a pu le constater, ne veut pas dire tout le monde!

En effet, ce soir, le poète loufoque et engagé recevait le non moins poète Nicolas Bacchus.


Nous, c'est pas, loin s'en faut, la première fois qu'on le voit sur scène, et c'est toujours un plaisir de le retrouver...
Ce petit passage aux Cariat' nous permet de vous parler de lui...
 
Exactement ce qu'on fait, en fait, "en vrai" quand on amène nos potes à l'Attirail, où le garçon se produit au moins une fois par mois (le 20 octobre pour la prochaine fois, notez!!).

Les dits-potes quand on leur propose le concert sont surpris et un peu réticents... "De la chanson française? T'écoute ça, toi?" Faut dire que le terme évoque plutôt un Bénabar ou un Delerm, pas forcément très tentant en effet...

Sauf que Bacchus n'a rien à voir avec cette "Nouvelle Scène" francophone dont la presse a fait ses choux gras (tiens, d'ailleurs, c'est un peu retombé, non?)

Et les potes traînés, dubitatifs, à l'Attirail, en ressortent enchantés et conquis... CQFD

Parce que Bacchus, c'est un vrai personnage, un homme de scène, qui trimballe avec lui son univers à la fois tendre et engagé, amoureux et libertin, cocasse et poétique.
Une bonne dose de dérision et d'auto-dérision.
Un grand naturel et pas mal de vécu.

Le gus a des choses à vous dire et il le fait bien.
On en entend tellement qui revendiquent et qui protestent à grands coups d'arguments prêt-à-penser, qui provoquent vainement.

Lui, c'est avec la même subtilité, la même intelligence, la même finesse et le même humour qu'il aborde des thèmes aussi variés que l'intolérance envers les homos, le sort des sans-papiers, la religion,  les rapports mère-fils ou le libertinage amoureux....

Il parle cul, cru sans jamais être vulgaire.
Il sait être tantôt franchement drôle tantôt complètement bouleversant (la chanson "Etrange" nous arrache systématiquement les tripes...)

Il engage un véritable échange avec son public, non, on n'éteint pas les lumières, parce que même s'il est le seul à parler, à chanter et à jouer, il veut le partage...
Il fait pas son show tout seul, quoi!


Il ressent ce qu'il chante et nous, on le ressent avec lui, qu'il parle politique ou sentiments, qu'il soit en mode comique, légèrement grivois, cinglant ou passionné...

Poète, chanteur, humoriste - humeuriste, on peut vous assurer que Bacchus convainc, réjouit et séduit (aussi bien votre mère que votre jules musicien-DJ électro clash pointue...)

Bref, ne le manquez pas!! Que l'Attirail soit comble le 20! (Et que du coup, les oreilles de Christine Boutin, Chevènement, Fillon, Sarko et même Dieu sifflent très mais alors très fort!)

Publié dans Chroniques de concerts

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Lauren 07/10/2008 18:59

Oui, c'est vrai, on ressort de ce concert conquis et content d'avoir découvert un univers bien loin des stéréotypes et des rimes éculées. On en ressort aussi avec le visage et l'esprit détendus. Car non seulement on écoute de la vraie bonne musique, mais en plus on rit, on rit, et on rit encore! Top!

Nicolas Bacchus 07/10/2008 13:40

Quant à cet "a priori" anti chanson, il est pas plus nouveau que le "renouveau" ou la "nouvelle scène", et pas plus original. En chanson comme en jazz ou en électro-truc, y'a de tout du pire au meilleur, et pincer le nez en bloc est jamais très prudent, non ? Content d'avoir visiblement aidé à le montrer en tout cas !

Nicolas Bacchus 07/10/2008 13:32

Rho, ben merci, m'sieurs dames, ça fait bien plaisir tout ça...
Merci et longue vie à NFTP !!
A bientôt ici ou là.
Nicolas (ou ici)

laure dasinieres 07/10/2008 16:23


Merci à toi, Nicolas!!


Gwouigwoui 07/10/2008 11:43

Pas mieux ! Il arrive même à faire chanter le public sur "Le petit âne gris", c'est dire.

Impec, ce blog, au passage !

laure dasinieres 07/10/2008 12:01


Malheureusement, il a pas eu le temps de nous faire son petit âne gris hier. Raison de plus pour aller à l'Attirail le 20!!